Commencer à Écrire | 5 Étapes Clés pour Réussir 

Comment commencer à écrire ? C’est souvent l’une des étapes les plus difficiles. Et pour cause ! Si on est un écrivain débutant, on a peur de se tromper, peur d’être ridicule ou encore d’être mal jugé par vos lectrices et vos lecteurs. Si vous avez envie d’écrire, c’est que vous avez envie d’exprimer une idée. C’est paradoxal, mais plus vous allez être authentique dans votre écriture et plus vous allez craindre d’être jugé. D’une certaine manière, plus vous avez envie d’écrire, et plus vous allez sentir un blocage dans l’écriture. C’est ça la vie d’artiste ! Pourtant il existe des méthodes pour débloquer cette situation. Des techniques simples pour se motiver à écrire et s’organiser dans l’écriture. Pour commencer : fuyez les personnes qui n’y connaissent rien, mais qui sont enclin à donner plein de conseils. La technique qui consiste à dire « Il faut se forcer », c’est celle que je vous recommande d’éviter à tout prix. Comme le dit si bien Gilles Archambault : « Les gens qui n’écrivent pas ont sur l’écriture des idées toutes faites. » Je vais essayer de vous donner une méthode par étapes.


Mais avant ça, pour vous aider, sachez que j’ai écrit un livre numérique de 40 pages que j’offre à tous ceux qui s’inscrivent sur mon site. Il s’agit d’un guide pratique pour tous ceux qui veulent écrire mais qui n’osent pas se lancer dans la rédaction d’un livre. Les 10 points à effectuer dans l’ordre pour écrire et finir son roman. Si ça vous intéresse, je vous invite à vous inscrire …

… en cliquant ici. 😉

Étape n°1 : identifier les raisons pour lesquelles prendre la plume

Avant de commencer l’écriture, il est avisé de comprendre quelles sont les motivations à écrire ? Pourquoi je veux écrire un roman ? Pour avoir le titre « d’auteur » et devenir célèbre ? Pour être reconnu comme un homme de lettres ? Pour être un romancier et inscrire votre nom aux côtés de Voltaire, William Shakespeare, Kafka, Georges Sand ou Asimov ?

Ou bien peut-être que vous aimez la langue française et que vous adorez imaginer des univers et raconter des histoires. Faire votre premier roman est alors un moyen de vous distraire tout en vous amusant. Vous allez apprécier stimuler votre imagination pour captiver votre lecteur ! Vous avez peut-être le talent pour créer une histoire fantastique qui change de l’ordinaire et qui va faire évoluer la littérature du XXIe siècle ? N’est-ce pas un réel tour de force que de casser la routine ambiante ? Si vous y parvenez, vous aurez la certitude de laisser une trace dans l’Histoire.

Peut-être encore que vous avez l’envie, ou même le besoin d’exprimer quelque chose. Écrire possède de nombreuses vertus apaisantes. Sans faire de sensiblerie, il faut savoir que tout le monde souffre, sans exception. En acceptant cette réalité, écrire peut être l’exutoire qui vous fera du bien ? Un moyen aussi discret qu’efficace d’exprimer vos peines tout en éclaircissant vos pensées.

Bref en un mot, pourquoi écrire ? Pour la gloire ? Le bien-être ? Pour créer ?

Pour vous aider à comprendre quelle est votre envie d’écrire, je vous suggère mon article :  L’envie d’écrire.

Étape n°2 :  s’organiser efficacement pour commencer à écrire 

Combien de temps faut-il pour écrire ?

Il existe une croyance bien trop répandue disant qu’écrire un livre, ça prend obligatoirement des années. De très nombreuses années. Cette idée est parfaitement fausse. C’est une véritable injonction qui brise la motivation des écrivains débutants. 

Imaginez que vous désirez construire une maison, alors que monter une commode (avec la notice), déjà ça vous gonfle, mais en plus ça vous prend deux semaines. Forcément, l’idée de construire une maison entière, cela semble être une charge impossible à faire. Ou alors ça prendra des années !

Pourtant, si on confie cette mission à un homme passionné, qu’il a tout le matériel à disposition, le terrain et qu’il n’a plus qu’à travailler … Hé bien le projet va avancer au fil des jours. Alors certes, il ne terminera pas sa maison dans la semaine. Mais il n’aura pas non plus besoin de 3, 5 ou 10 ans pour finir son travail.

Pour rédiger un roman c’est la même chose. Si on s’y met d’une manière désorganisée ou si on se lance pour de mauvaises raisons, cela peut prendre un temps impossible et au final ne rien donner. De quoi avez-vous besoin dans ce cas-là ? D’envie ! Non seulement l’envie d’écrire, mais surtout l’envie de progresser. 

Quel est le lieu idéal pour écrire ? 

Que ce soit sur ordinateur ou avec une feuille et un stylo, l’écriture doit se faire dans un endroit où vous êtes à l’aise. Préférez-vous un fond musical ? Le bruit discret d’une bibliothèque ? Ou bien avez-vous besoin (comme moi) d’un silence total ? Est-ce que l’obscurité d’une chambre aux volets fermés vous inspire plus qu’une pièce très lumineuse ? C’est parfaitement subjectif. La seule consigne que je peux vous recommander pour votre premier roman, c’est surtout un endroit dans lequel vous appréciez vous retrouver car vous vous y sentez bien.

Étape n°3 : se libérer des fausses peurs d’un écrivain en herbe

La peur de ne pas être à la hauteur

Quand on débute dans une discipline, on a toujours peur de mal faire. Du coup, cela nous bloque et on est confronté à la page blanche… Ceci porte un nom, ça s’appelle le Syndrome de l’imposteur.

Pour illustrer mon propos, vous savez qu’il existe de nombreuses entreprises recrutent des débutants qui n’ont encore aucune connaissance technique du métier qu’ils vont être amenés à faire n’est-ce pas ? Ces nouvelles recrues vont être du jour au lendemain des « professionnels » alors qu’ils ne sont en réalité que des débutants. Ça semble un peu paradoxal. Pourtant ils sont recrutés quand même. Pourquoi dans ce cas ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment rendre un personnage inoubliable ?

Pour la simple et bonne raison qu’on ne recrute pas une personne sur ses seules capacités techniques pour le domaine en question. On recrute une personne tout entière. Elle a plein de qualités qui vont servir à l’équipe qu’elle va intégrer. Peut-être est-ce pour sa bonne humeur et son sourire ? Sa capacité d’apprendre ? Sa bonne volonté ? Ou bien est-ce parce qu’il ou elle est séduisante ? 

Pour l’écriture, c’est la même chose. Tout n’est pas basé sur votre talent et votre style. Certaines personnes aimeront ce que vous écrivez car ils apprécieront les thèmes que vous abordez, le vocabulaire que vous utilisez. D’autres apprécieront votre sensibilité humaine et votre manière de décrire de certaines émotions. D’autres encore s’identifient à vos personnages.

Et évidemment, à côté de ça, d’autres seront critiques envers votre œuvre et diront qu’elle ne vaut rien. C’est inévitable. Il est important de faire la paix avec cette réalité : on ne peut pas plaire à tout le monde. 

Essayer de plaire à tout le monde, c’est la certitude de ne plaire à personne. Si vous voulez être inoubliable : soyez vous-même.

Un succès modéré

Quand on commence à écrire, on se met à rêver de voir notre roman sur les panneaux publicitaires. Dans les mains des gens dans le bus ou les transports. Bref, on espère rencontrer le succès du premier coup. C’est un rêve motivant, mais ça reste un fait rare. Les premières œuvres sont souvent des médiocres succès littéraires. Sachez une chose : ce n’est pas grave ! Ce n’est qu’un premier pas vers un succès plus grand. 

Votre syntaxe, votre style et votre capacité rédactionnelle vont s’améliorer. Il sera pour vous plus rapide et plus facile d’écrire des histoires. Vous aurez acquis des techniques pour mieux décrire ce que vit votre personnage principal. Bref, en un mot, vous aurez progressé !

Les fautes d’orthographe

Une autre raison qui terrorise les personnes qui veulent se lancer dans l’écriture, c’est les critiques de ceux qui s’improvisent prof de français, surtout quand on ne leur demande rien. Ça vous est déjà arrivé ? Vous proposez votre texte à la lecture en espérant avoir un retour sur votre scénario, votre personnage ou encore vos surprises … Mais non. Tout ce que vous entendez, c’est « Il y a des fautes ! » « Il manque un S ! Il faut accorder avec le verbe être ! »

En un mot, cette personne n’a pas regardé le romancier que vous êtes mais simplement le dictionnaire que vous êtes … Et c’est navrant n’est-ce pas ? 

Rassurez-vous, il existe de nombreux correcteurs d’orthographes gratuits qui vous permettront d’éviter cette situation pénible. Si c’est ça qui vous bloque, j’ai écrit un article précisément là-dessus. Je vous invite à aller voir : En cliquant ici.

Étape n°4 : s’entraîner avant de se lancer dans l’écriture d’un roman

L’écriture d’un roman, c’est un véritable marathon. Personne sur terre ne réussit un marathon sans s’y préparer. Pour un roman c’est la même chose, il faut vous y préparer. 

Au même titre que si vous questionnez un marathonien, il vous dira que ça n’a rien d’insurmontable, ce n’est qu’une question d’organisation et de préparation.

Mettre sur papier ses idées et réaliser sa première histoire c’est comme préparer sa première course à pied, c’est un bon début. Envisager un roman policier ou d’horreur, songer à la psychologie de votre héros. Toutes ces questions sont à prévoir avant de vous lancer dans l’écriture d’un roman.

Avant de réussir à créer une histoire qui fait 300 pages, maîtrisez déjà une histoire qui fait 30 pages. Et là encore, avant de réaliser une histoire qui en fait 30 il faut déjà maîtriser une histoire sur 3 pages. 

N’ayez donc pas peur de commencer petit, voire trop petit. Vous aurez tout le loisir d’aller un peu plus loin dans la difficulté quand vous vous en sentirez capable. En d’autres termes, proposer quelque chose de simple avant de chercher à faire quelque chose de compliqué.

Une méthode simple et efficace consiste à tout simplement raconter votre propre histoire. Ça s’appelle un roman autobiographique. Vous serez à l’aise pour raconter les évènements car vous les connaissez bien. Il vous sera aussi facile d’organiser la chronologie, en d’autres termes, faire votre plan. Quand ce sera fait, libre à vous de modifier certains évènements ou de changer les dates et les lieux pour en faire une fiction. 

Étape n°5 : Ne pas abandonner

J’ai conscience que, dit comme ça, ça semble évident. Pourtant le doute tue cent fois plus de rêves que l’échec n’en tuera jamais. L’écrasante majorité des personnes qui commencent à écrire ne terminent jamais leur roman parce qu’ils doutent. Simplement parce qu’ils se remettent en question et considèrent que ce qu’ils écrivent n’est pas assez bien. Sachez que plus vous allez être authentique et plus vous allez avoir envie de vous remettre en question. C’est naturel, même sain. Toute la subtilité consiste à se dire « c’est justement parce que je doute que je dois continuer. »

Vous allez commencer à écrire ? Je vous suggère donc de prendre la résolution d’aller au bout de votre œuvre. Même si celle-ci n’est pas parfaite, même si elle ne sera peut-être pas commercialisable. Ce sera un début, un premier pas. Si vous voulez une certitude à 100% comme je les aime, sachez que 100% des auteurs célèbres aujourd’hui ont commencé quelque part, avec un niveau de débutant et une histoire qui n’a pas rencontré immédiatement le succès.


Alors pourquoi pas vous ?


  •  
  •  
  •