Intriguer le lecteur dès la première page de votre roman, ça vous semble trop beau pour être vrai ?
Vous pensez peut-être que c’est impossible ? Je vous le dis : c’est possible.

Mais avant de parler de la technique, j’ose même aller plus loin, vous pouvez accrocher votre lecteur au premier paragraphe, voire à la toute première phrase de votre histoire. Et ça n’a rien de sorcier.

Alors parlons peu, parlons bien ! Cette méthode miracle, quelle est-elle ?

Ça s’appelle la « Prolepse »

Comme toujours, je vous propose une approche qui se veut simple, claire, utilisable immédiatement et propice à déclencher l’inspiration.
Pourtant voilà que je sors de mon chapeau un mot savant ! Ah non ! Ce n’est pas le deal ! On avait dit simple, clair, utilisable et tout le touin touin !

D’accord d’accord, je m’explique.

Outre le fait qu’il fait 12 points au scrabble et qu’il fait son effet si on cherche à briller en société, la prolepse, qu’est-ce que c’est ?
Concrètement…

La prolepse

La prolepse, c’est l’inverse de l’analepse.

(Oh non Thibault ! Tu utilises encore des mots savants!)

Pardon pardon ! Je m’explique, promis !

Pour que ça soit clair, je commence par l’analepse. Son opposé donc.

L’analepse

L’analepse, c’est le fait de donner au lecteur une information du passé afin de lui permettre de comprendre une situation dans le présent.
Autrement dit, la narration est mise en pause et on fait un zoom dans les pensées du personnage.

On y voit une scène généralement assez brève pour justifier l’attitude du personnage.
Par exemple, le héros est un soldat, costaud, le regard sévère, bref le vrai dur. Pas le genre à s’émouvoir devant une fleur ou une blessure.

Et pourtant, en voyant un animal mort sur le bord de la route, il est soudainement au bord des larmes.

Pourquoi ? Se demande-t-on …


Et c’est là qu’intervient l’analepse. On arrête la narration, on zoom dans les yeux du soldat et on y apprend que durant l’enfance, il a vu son chien adoré se faire percuter par une voiture et souffrir durant de longues heures avant de rendre l’âme…

Quand la narration reprend au présent, on comprend alors pourquoi ce soldat indestructible est tant affecté par cette scène.
Voilà l’analepse. On donne une information du passé pour justifier le présent.

D’accord, ça s’appelle aussi le flash-back est c’est très utilisé dans le cinéma. Mais dans tout ça, la méthode miracle que tu nous as tant vanté, pour accrocher le lecteur c’est quoi au juste ?

La prolepse

Cette méthode, c’est justement l’inverse. Il s’agit de donner une information non pas du passé, mais du futur !

(Hey mais ça gâche la surprise si tu annonces la fin de l’histoire !)

Non justement, il ne faut surtout pas donner la surprise, il faut donner une petite information pour créer l’intrigue.

Un exemple :

Cette femme est très malheureuse, elle ne tombe que sur des relations décevantes. Pourtant, dans trois jours, elle va rencontrer l’homme de sa vie. Si elle le savait, elle sauterait de joie !

Hop ! Immédiatement on a envie de découvrir les fameux trois prochains jours et comment elle va rencontrer cet homme. Puis même comment leur couple va se créer et tout ce qui va bien.
Cette technique semble marcher non ? Attendez …

Un autre exemple :

Cet homme est le meilleur combattant qui soit, confiant dans ses compétences, il n’a jamais perdu un combat.
Pourtant dans deux jours, il se fera tuer par un adolescent à peine capable de se battre …

Hop ! Tension dramatique ! Intrigue ! Accroche !
Ça marche bien non ?

​Vous appréciez ​mon site ? Inscrivez-vous !

​Vous recevrez votre ​feuille de route ​pour comprendre comment créer ​​une histoire surprenante et cohérente.


​Je hais les spam et la publicité ! Votre adresse ne sera jamais cédée ou vendue.
Vous recevrez simplement les dernières informations liées à Vaincre-la-page-blanche.com

La condition

Ça marche bien pour créer l’intrigue, mais ensuite il est vital de respecter ce présage. Car faire une prolepse, c’est faire une promesse au lecteur. La promesse que l’évènement va arriver.

Vous vous imaginez bien la déception si vous annoncez l’exemple numéro 1 de la belle histoire d’amour, mais que finalement au bout de six mois la malheureuse n’a toujours pas rencontré l’amour, le lecteur va se sentir trahis. Et c’est normal !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Pourquoi tout le monde se trompe dans l'écriture d'un roman ?

Vous n’êtes pas encore convaincus ?

Alors un dernier exemple : Un employé acharné travaille pour le compte de son entreprise et espère bien obtenir une augmentation.
Il ne le sait pas encore, mais dans deux heures, il apprendra qu’il est licencié.

Ah ! Alors on s’attache à ce malheureux ?

La prolepse qui donne une information du futur permet ici de mettre en évidence le destin qui se joue de nos personnages.
Mais rappelez-vous de toujours respecter vos prolepses. Encore une fois si vous créez l’intrigue sans tenir votre engagement, le lecteur sera déçu.

Cette méthode est utilisée d’une manière détournée dans le cinéma.
Rappelez-vous du merveilleux film …

Titanic

Dès le début de l’histoire, le spectateur sait que le navire a coulé. Du coup, on sait immédiatement qu’un drame plane sur le bateau et ses occupants. On suppose donc que toute personne arrivant à monter à bord se retrouve condamné à mourir dans les eaux glacées de l’Océan Atlantique.

Mais dans le Titanic, il ne s’agit pas réellement d’une prolepse qui annonce la catastrophe, il s’agit d’un récit enchâssé. (Une histoire racontée dans une histoire.) C’est une survivante du naufrage qui raconte comment les faits se sont déroulés des années plus tôt.
Ce n’est donc pas exactement une prolepse mais l’accroche fonctionne de la même manière.

Autre utilisation, la prolepse annoncée par un personnage.

Game of Throne, vous connaissez je suppose ?
Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un vaste royaume gouverné par la personne réussissant à siéger sur le Trône de Fer, symbole du pouvoir absolu et très convoité.

Du coup, de nombreux personnages veulent déloger l’occupant du Trône pour devenir le nouveau roi.
Par l’assassinat, la trahison, le complot, l’armée ou la guerre … Bref, les surprises et les morts ne manquent pas dans Game of Throne !

Hé bien si vous vous souvenez de « The Red woman/La dame en rouge »

Lady Melissandre

Elle accompagne Stanis Barathéon, le frère cadet du roi qui siège sur le Throne de fer et qui espère bien accéder au pouvoir par un fratricide…
Tout le long de son aventure aux côtés de Stanis, elle répète : « Vous siégerez bientôt sur le Trône de fer, mon Dieu me parle, il ne se trompe jamais ! »

Du coup forcément, on s’attend à ce qu’elle ait raison. Mais elle est loin d’être la seule d’avoir cette certitude, ce qui crée de l’intrigue.
Là encore, on s’éloigne un peu de la prolepse car c’est simplement les divinations d’une voyante et non le narrateur qui annonce.
Mais bon, je vous le mentionne quand même, car ça marche bien aussi le coup de la voyance.

Revenons donc à la prolepse pure et dure.

Imaginez une œuvre qui commence par :

« La nuit du 29 septembre 1945, je suis mort »

Ça vous évoque quelque chose ? Non ?
Peut-être n’avez-vous pas eu la chance d’être versé dans la culture « manga » car celui-ci vaut le détour. C’est certainement l’une des œuvres les plus émouvantes qu’il existe sur Terre. Autant pour la version roman que pour la version « dessin animé japonais »

Si vous avez Netflix et que vous croyez avoir connu les émotions les plus vives avec Titanic, laissez-moi vous suggérer cette œuvre qui vous tirera des larmes, j’en suis certain.
Je ne vous dévoile pas l’intrigue, vous en savez déjà assez. Vous ne savez pas quoi regarder ce soir ? Faites-moi confiance, vous n’oublierez pas cette œuvre.
Elle utilise donc une prolepse en guise d’accroche mais à la rigueur, l’histoire est tellement belle qu’elle n’a pas besoin de ça pour accrocher le spectateur.

Vous m’en direz des nouvelles.

Le sujet de la prolepse a été évoqué pendant mon défi 1 vidéo par jour pendant 1 mois. Si ça vous intéresse, voici la vidéo.

Voilà !

Bon, on a fait le tour du sujet.

Qu’en dites-vous ? Est-ce qu’une prolepse vous semble être une méthode intéressante pour accrocher votre lecteur à votre histoire ? Envisagez-vous de l’utiliser ?

Laissez-moi un commentaire ci-dessous, vraiment, je suis curieux de savoir si ça vous inspire autant que moi.

  •  
  •  
  •