Salut les passionnés, cette semaine nous allons parler de la mise en difficulté du protagoniste.

Dans la plupart des histoires, le héros se retrouve à un moment donné en danger. Sa vie peut être directement menacée ou encore ça peut être ses projets qui vont être compromis.

Voyons ça ensemble.

Déjà, faisons bien la distinction entre la mise en difficulté du protagoniste et le suspense ou encore la tension dramatique.

Car ce n’est pas la même chose du tout, même si c’est lié.

Voyons de quelle manière j’aime mettre mes héros dans la difficulté.

Le héros est en danger immédiat

Commençons par le classique parmi les classiques, le héros est directement menacé. Il est attaqué directement par un des personnages secondaires et il est obligé de se battre. Ces scènes sont légions, dans les univers post-apocalyptiques, médiéval, science-fiction, arts martiaux asiatiques, bref vous voyez de quoi je parle.

Ces scènes mettent le héros en danger en théorie. Mais dans la réalité, le lecteur (ou le spectateur dans le cadre du cinéma) sait parfaitement que le héros ne va pas mourir ici.

Il est bien possible qu’il ne soit même pas blessé durant l’affrontement. Plus radicalement, il ne perd parfois même pas une seule goutte de sueur… C’est un peu facile non ? Moi je trouve que oui.

Pour éviter ça …

Pour éviter d’avoir ces scènes clichées juste pour montrer que votre héros sait se défendre, blessez-le ! Qu’il ne sorte pas indemne de cet affrontement. Qu’il y perde un ami, qu’il survive avec une blessure qui va l’handicaper pendant toute votre histoire. Là vous apportez de l’intrigue et de la tension dramatique. Mais du combat juste pour du combat, ça n’apporte rien.

Et vous le savez, tout ce qui n’est pas parfaitement indispensable, je vous recommande de le supprimer.
Pour amplifier la mise en danger du héros dans cette situation, vous pouvez le confronter à un personnage important. Votre antagoniste recrute un groupe de mercenaires, ces derniers planifient une embuscade, le héros tombe dedans, c’est déjà plus inquiétant qu’une vulgaire bagarre de rue sans histoire.

Les projets du héros sont menacés

Une autre manière d’inquiéter votre lecteur au sujet du héros est de compromettre ses plans. Lorsque les projets du héros sont menacés, le lecteur va se demander comment il va faire. Et vous le savez, pousser le lecteur à faire des suppositions sur la fin de votre histoire, c’est vous garantir qu’il termine votre roman.

Par exemple, votre héros est chargé de sauver la princesse, le roi l’a engagé pour cette mission. Il doit donc tuer le dragon et aller sauver la belle. Bon, jusqu’ici, pas grand-chose de nouveau. Hé bien vous pouvez faire en sorte qu’un des compagnons de route du héros, qui est là pour l’aider, soit en fait un traitre. Celui-ci l’accompagne afin de lui planter un poignard dans le dos lorsqu’il sera face au dragon.

Aucun combat n’est nécessaire, et pourtant, immédiatement le lecteur va se dire « Oh mince, le danger ne vient pas que du dragon, mais aussi de son propre camp ! » Là encore, vous créez de la tension dramatique.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Défi - Treizième histoire - Jessica l'infidèle.

Le héros est emprisonné

Si d’aventure votre héros est emprisonné, il se retrouve dans un conflit statique. C’est-à-dire qu’il n’a aucun contrôle sur la situation (situation qui se déroule en extérieur). Il ne peut plus se tirer d’affaire de lui-même.

Vous pouvez évidemment utiliser cette astuce, néanmoins un personnage secondaire DOIT reprendre le flambeau. Soit en cherchant à libérer le héros, soit en allant accomplir lui-même la quête.

Je pense qu’on est tous d’accord pour dire que si le héros est emprisonné et que plus rien ne se passe, il n’y a rien à raconter. Autant faire un bond dans le temps et aller quelques années plus tard lorsqu’il sortira.

Je parle ici de quêtes qui se déroulent en extérieur de la prison. Si vous évoquez la série « Prison Break » toute l’intrigue se déroule dans la prison et l’objectif du héros s’y trouve également.

(Je profite de ce passage pour vous demander si vous avez vu le film « Les évadés » si tel est le cas, vous savez de quoi je parle. Si vous n’avez pas vu ce film, vraiment, arrêtez immédiatement de lire cet article d’opérette et allez voir ce chef-d’œuvre ! Vous m’en direz des nouvelles.
Bon c’est hors sujet, revenons à notre héros et à sa mise en danger.)

Le héros perd la confiance de ses proches

Un bon moyen de mettre en danger votre héros c’est lorsqu’il commet des actions qui font qu’il va perdre la confiance de ses proches.
Il peut se fâcher avec des amis ou des membres de sa famille. Il peut même décevoir le roi qui avait tant misé sur lui pour sauver sa fille.

Dans de telles situations, le héros se retrouve seul face à la difficulté, mais en plus, il est possible d’amplifier encore la situation en donnant à ces personnages secondaires des raisons légitimes de collaborer avec l’ennemi.

Si même ses amis cherchent à nuire au héros, alors celui-ci se retrouve sérieusement en danger. Surtout qu’en principe, ces amis connaissent bien le héros et ses points faibles. C’est une autre manière de le mettre dans la difficulté.

Vous l’avez remarqué

Vous l’avez remarqué, mettre le héros en danger, ce n’est pas directement de l’intrigue. Ce n’est pas directement de la tension dramatique. Ça en apporte bien sûr, mais ce n’est pas ça directement. Car il existe un million de manières de créer de l’intrigue, il existe un million de manières de créer de la tension dramatique.

La mise en danger du héros c’est juste une manière parmi d’autres de créer de l’enjeu.

Pour finir

Le but de mettre le héros en danger est multiple. Comme déjà indiqué, ça apporte des rebondissements à l’histoire et donc de l’intrigue (voire carrément de la tension dramatique). Ça, j’en ai déjà parlé.

Mais surtout, ça va pousser le héros à se dépasser pour surmonter ses épreuves. Encore une fois, faire souffrir son héros afin de le forcer à évoluer est toujours inspirant.

(Voir l’article qui traite du sujet)

Voilà, chers passionnés, à vous la parole. Mettez-vous en danger vos protagonistes de la même manière que moi ? Avez-vous d’autres méthodes ? Laissez un commentaire ci-dessous, votre opinion m’intéresse.

  •  
  •  
  •