Salut les passionnés, cette semaine on va parler de Amazon Kindle Direct Publishing, abrévié en « Amazon KDP »

On a déjà parlé sur ces deux dernières semaines des maisons d’édition traditionnelles, à compte d’auteur et d’éditeur.

Cliquez ici pour voir l’article parlant de l’édition à compte d’auteur.

Et cliquez ici pour voir l’article parlant de l’édition à compte d’éditeur.


Cette fois on s’intéresse à l’autonomie que nous propose Amazon KDP.
Je le rappelle, une fois qu’on a enfin atteint le mot « fin » il y a encore du chemin à parcourir pour faire vendre son roman. Voici les principaux :

⦁ Le conseil éditorial.
⦁ L’illustration.
⦁ La correction.
⦁ L’impression.
⦁ La distribution.
⦁ La publicité.
⦁ La logistique et la gestion des retours.

Le conseil éditorial

Le conseil éditorial, c’est le fait d’avoir un dialogue entre l’auteur et une personne qui a lu le manuscrit afin de l’améliorer.
Rendre plus fluides certains passages, mieux détailler certains points … Bref, un regard neuf dans le but de rendre le roman encore meilleur, mais toujours en respectant l’œuvre et sans jamais dénaturer l’idée de l’auteur.

Avec Amazon KDP, cette étape n’existe pas. Vous n’aurez pas d’interlocuteur qui lit votre texte afin qu’il soit amélioré.
Ce qui fait que c’est à l’auteur, ou éventuellement à ses bêta-lecteurs de s’en occuper.
Il n’y a pas de sélection. Tout auteur désirant faire éditer son texte pourra le faire, même s’il n’a aucune cohérence scénaristique,

L’illustration

L’illustration concerne la couverture du roman. C’est-à-dire la première et la quatrième de couverture. La mise en page, le placement d’une jolie photo ou d’un dessin.
Avec Amazon KDP, c’est l’auteur qui s’en occupe mais il est quand même aidé par un programme qui lui permet de rendre ça joli et de respecter certaines normes.
Il a aussi quelques images libres de droit qu’il peut utiliser pour sa couverture ou bien utiliser une photographie (ou un dessin) qu’il possède.

La correction

Corriger un roman n’est pas une mince affaire, même si vous êtes très doué en orthographe. Il est possible que des fautes se glissent dans le récit compte tenu du grand nombre de phrases que constitue un roman.
Avec Amazon KDP, la correction n’est pas obligatoire. En d’autres termes, dès que vous considérez que votre œuvre est valable, vous pouvez la faire éditer.
L’avantage, c’est que ça facilite énormément les choses.
L’inconvénient, c’est que vous pouvez acheter chez Amazon KDP des romans contenant beaucoup de fautes.

L’impression

Avec Amazon KDP, le roman est disponible au format numérique mais également au format papier. Là-dessus pas de gros sous à débourser au moment du contrat car les livres sont imprimés à la demande.
En plus, c’est rapide ! Comptez une semaine entre l’impression, l’expédition et la réception chez le client pour la France métropolitaine.

Les inscriptions

Avec KDP vous n’aurez pas votre roman dans les magasins. Contrairement aux maisons d’éditions traditionnelles ayant un grand réseau de distribution et un partenariat avec de nombreuses librairies, magasins et grandes surfaces, dans le cas présent, votre roman n’existera que sur Amazon.
Ainsi pas le trouver dans les rayons de la Fnac, il ne sera pas référencé.

La distribution

Faire voyager un roman d’un point A à un point B n’est pas simple. Gérer l’emballage, l’expédition, les pertes éventuelles … Tout ça est un vrai métier.
L’énorme avantage d’Amazon KDP est qu’il permet aux auteurs de profiter de leur logistique de pointe.
L’impression rapide, le conditionnement, l’expédition et la livraison en un temps record … Avec en plus la certitude pour le client d’être satisfait ou remboursé, il faut être honnête, c’est fort pratique en plus d’être rassurant.

La publicité

Créer un roman c’est très bien, mais le vendre c’est encore mieux !
Pour le faire connaître, la publicité est un moyen quasiment incontournable, surtout pour les jeunes auteurs.
Pour ça, Amazon KDP peut se vanter d’être un site qui est énormément visité. En prime, notez que le « K » de KDP signifie « Kindle », et c’est une application de lecture au format numérique.
Tous vos livres numériques stockés dans votre smartphone ou votre tablette. Pratique n’est-ce pas ?

Lire sur un écran ?

En France, la lecture de livres numériques n’est pas encore une pratique très répandue. Contrairement aux États-Unis où c’est en plein boom.
Néanmoins, c’est tout de même en plein développement dans l’hexagone, ce qui fait qu’on peut s’attendre à voir l’amélioration des ventes de nos futurs romans au format numérique.

Kindle

En tout cas, avec Kindle, vous avez donc tous vos livres numériques en poche mais pas seulement. C’est aussi un très bon moyen de parcourir des bibliothèques (toujours numériques) extraordinaires.
C’est ici que vous pourrez trouver votre œuvre si vous la faite éditer chez KDP.
Un peu comme Netflix, vous aurez des classements par genres, par auteurs, par date de sortie ou même par appréciation.
Encore une fois, Kindle reçoit beaucoup de visites chaque jour et c’est ainsi de nombreux acheteurs potentiels pour votre roman.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les maisons d'éditions, tout ce qu'il faut savoir.

La liste.

Avec la liste des meilleures ventes de Kindle, on peut s’attendre à voir un petit pourcentage de livres continuer d’avoir des ventes heureuses pendant qu’un très grand pourcentage reste dans la « masse invisible ».

Je suis certain que parmi eux il en existe beaucoup qui mériteraient d’être plus connus.
Ce système de cercle vertueux ou cercle vicieux n’est pas sans appel. Quelques publicités faites par l’auteur provoquant plusieurs ventes pendant une courte période et Amazon le remarquera immédiatement (en quelques heures à peine).

Conséquence directe d’un grand nombre de livres vendus … Amazon le proposera beaucoup plus à ses utilisateurs, engendrant ainsi de nouvelles ventes.
Donc pas de publicité directement chez KDP, néanmoins beaucoup de visiteurs qualifiés et la possibilité d’être visible.
Après, bien entendu libre à l’auteur de dépenser un budget publicité par ses propres soins pour provoquer plus de ventes. C’est toujours une question de retour sur investissement.

La gestion des retours.

Après une séance de dédicace chez un libraire, une grande surface ou un salon, que faire des livres en plus ?
Là-dessus, avec une maison d’édition traditionnelle qui accepte les retours, c’est avantageux. Mais pour Amazon KDP, l’auteur devra avoir lui-même son propre stock de livres à vendre et à dédicacer quand il aura la chance de se dénicher une place.

Et l’auteur, combien il paye ?

S’il ne s’offre pas les services d’un correcteur ni d’un dessinateur … L’auteur paye 0€. L’édition chez Amazon KDP est totalement gratuite et il n’y a pas de mauvaises surprises.
La démarche est assumée : N’importe qui édite son œuvre

Et combien il gagne ?

Les pourcentages peuvent varier selon les pays où les livres sont vendus. Néanmoins ils sont toujours bien au-dessus des pourcentages des maisons d’éditions. Comptez 70% de bénéfices pour le prix hors taxes sur les livres numériques et 40 à 60% sur le format papier.

Il y a des exceptions si l’auteur impose un prix extrêmement élevé ou bas pour son livre, dans ce cas-là les pourcentages peuvent changer. (Comptez moins de 7€ ou plus de 250€ pour dépasser les normes)

Par exemple, pour un livre broché de 300 pages encre noire, le prix catalogue minimum est à 7,42$.

Au final, ça vaut le coup ou pas ?

Il n’existe pas de réponse tranchée là-dessus. Certains auteurs faisant fortune grâce à KDP se feront une joie de vanter leurs services. À l’inverse un auteur déçu de n’avoir fait aucune vente aura certainement un avis négatif.

Il faut simplement retenir que c’est accessible à tous, mais que par conséquent, on peut y trouver de tout. De grands auteurs comme des textes moins bons.

Refaisons un tour d’horizon :

Il existe les maisons d’éditions à compte d’Éditeur.

Souvent difficiles d’accès mais offrant une prise en charge importante.
Cliquez ici pour voir l’article qui en parle.

Il existe les maisons d’éditions à compte d’Auteur.

… à compte participatif ou qu’importe le nom qu’elles se donnent, tant qu’elles réclament un chèque à l’auteur.

Elles sont faciles d’accès à condition de mettre la main à la poche et en espérant que l’éditeur cherchera à vendre le livre en question une fois qu’il a le chèque en main.
Cliquez ici pour voir l’article qui en parle.

Il existe Amazon KDP.

Comme on l’a vu, Amazon KDP est facile d’accès, gratuit mais avec certaines contraintes.

Et il existe aussi l’autoédition.

Je vous parlerai d’ici peu de l’autoédition traditionnelle. Elle offre d’autres avantages qui peuvent intéresser les auteurs ainsi que des subtilités à connaître. Bref, ça mérite qu’on en parle.

Et vous ?

Et vous dans tout ça ? Quel choix avez-vous fait pour faire éditer votre roman ?
Est-ce que ces articles sur les maisons d’éditions vous permettent d’y voir plus clair ?
Laissez un message en commentaire, votre expérience m’intéresse.

  •  
  •  
  •