Le monde

En une seconde, il y a trois êtres humains qui naissent. Trois nouvelles âmes qui incarnent trois nouvelles enveloppes charnelles. Durant cette même seconde, il y a aussi deux êtres humains qui meurent. Deux enveloppes charnelles qui rendent l’âme. Il en est ainsi, chaque seconde qui passe. Il est aisé de croire que les âmes disparaissent dans le néant lorsque le corps est détruit. Si on part de ce fait, une âme est alors toute nouvelle au moment de la naissance. Si tel est le cas, cette nouvelle âme, d’où vient-elle ? Du même néant ? Aucune âme ne disparaît ou se crée. Il en existe un nombre bien précis. Néanmoins, la réalité est beaucoup plus complexe.

L’humain nouveau-né a besoin d’apprendre à parler, à marcher, mais s’il est suffisamment sensible à son âme, alors il est capable de ressentir certaines choses. Des choses qui ne s’expliquent pas par son vécu. Il est capable d’utiliser son intuition. Qu’est-ce que l’intuition ? Une simple impression basée sur la réflexion rationnelle face à un problème ? Absolument pas, cette chose porte un nom : l’analyse. L’analyse utilise le cerveau, l’intelligence et des données concrètes pour donner un résultat précis. L’intuition n’a pas besoin d’intelligence, de données concrètes ni de quoi que ce soit. L’intuition indique si quelque chose est bon ou non. Mais elle ne prend pas la peine d’expliquer pourquoi. L’intuition, c’est l’analyse de l’âme. L’âme qui a mille vies et au moins cinquante mille ans d’expérience.

Mais si chaque seconde, il y a trois naissances pour deux morts, cela signifie qu’il y a chaque seconde une âme de moins dans la file d’attente pour le retour sur terre. Inéluctablement, l’univers manquera d’âmes pour animer les nouveau-nés ! À cette question, je n’ai pas de réponse. Peut-être que certains nouveaux-nés vivent sans âme ? Peut-être que certains êtres humains ne sont que des coquilles vides, animés par leur seule quête du plaisir ? Tout ceci est possible, et moi, je n’ai pas la réponse.

Par contre, j’ai une information. Lorsqu’un être meurt, son âme ne retourne pas sur terre immédiatement. Elle passe un temps à assumer ce qu’elle a fait. Si cette âme a causé du tourment, elle sera tourmentée. Si cette âme a créé du bonheur, elle sera heureuse. Ce système de punitions et récompenses est tellement puissant que ces expériences marquent la mémoire des âmes dans leur instinct, les humains s’en souviennent et ils ont appelé ça l’Enfer et le Paradis.

Les âmes restent dans ces lieux de souffrances ou de joie, mais pas pour toujours. Elles y restent un temps proportionnel à leurs actes. Plus une âme a été malveillante, plus elle reste longtemps dans la tourmente, et à l’inverse, plus une âme a été bienveillante, plus elle peut profiter longtemps d’un monde d’extase permanent.

Mais ce n’est pas tout. Il existe des âmes promises à un destin plus grand. Ça ne concerne que les âmes bienveillantes, et uniquement celles ayant eu une attitude hors du commun. Celles qui ont su améliorer la vie de milliers d’autres âmes. Les esprits ayant réussi à transformer les personnes génératrices de souffrances créatrices de bonheur et de liberté. Ces êtres qui accomplissent l’impossible ont saisi le sens du monde : celui de créer du bonheur gratuitement. Celui de rendre le monde merveilleux.

Pour ces esprits extraordinaires, il y a une autre alternative que le cycle éternel de la réincarnation. Pour eux, il y a la possibilité d’évoluer encore et de devenir des Anges.

Je le sais, car c’est ce que je suis aujourd’hui.

Mon monde

Les Anges sont peu nombreux, à ce jour nous sommes cinq mille. Et il y a un nouvel Ange par siècle. Ce qui signifie que chaque Ange a la responsabilité 1 600 000 êtres humains. Les choses ne vont pas se faciliter, car les humains sont de plus en plus nombreux, alors que nous, notre nombre augmente très lentement.

En tant qu’Anges, nous ne sommes plus affectés par l’écoulement du temps. Nous pouvons le ralentir et même l’arrêter. Par contre il est impossible de revenir en arrière. En fait, le temps lui-même n’est pas réellement arrêté, c’est seulement notre conscience. Ce pouvoir nous permet de réfléchir d’une manière très profonde avant de prendre une décision. Ce qui est pratique quand il s’agit de sauver un humain qui risque de mourir dans une situation extrêmement rapide.

Même pour les Anges, de nombreux mystères demeurent. Certes nous volons, mais nous ne pouvons atteindre la haute atmosphère et vérifier s’il existe d’autres planètes habitées. Certes nous observons, mais nous ne pouvons pas tout savoir. Certes nous pouvons réaliser des miracles pour sauver des vies, mais nous ne pouvons pas sauver tout le monde. Certes, nous sommes des Anges, mais nous ne sommes pas Dieu. Dieu, qui est-il ? Celui que les humains appellent l’être suprême, possède-t-il les pleins pouvoirs ? Est-il capable de remonter le temps contrairement à nous ? Est-il capable de sauver tous les humains à chaque seconde qui passe ?

Je n’ai pas de certitude, mais je pense que non. En fait, je pense que Dieu n’intervient jamais directement dans le monde des Humains. Par contre, Dieu définit notre capacité ; à nous, les Anges, de créer des miracles. Là-dessus, les choses sont justes. Plus nous parvenons à améliorer la vie des humains, plus nous accédons à des pouvoirs plus grands. Ces pouvoirs doivent être utilisés pour s’améliorer encore dans un cercle vertueux.

Les Anges qui ne parviennent pas à entrer dans ce cercle vertueux perdent progressivement leurs pouvoirs. C’est la raison pour laquelle nous avons cette capacité à arrêter le temps pour bien réfléchir sur le fait de déclencher ou non un miracle afin de sauver l’être humain.

Tout ceci, je ne peux que le supposer. La seule certitude que j’ai, c’est que nous les Anges, nous avons la responsabilité de veiller sur les humains, et ce n’est pas une mince affaire.

Mon but

Voilà dix-sept ans que je suis un Ange à présent. Dix-sept ans que je survole le monde, que je fais de mon mieux pour le rendre meilleur. Mon quotidien ne ressemble à rien de spectaculaire. J’observe les gens, mais pas dans leur quotidien. Je les observe quand ils sont confrontés à des choix. Les choix révèlent leurs personnalités. Les choix sont toujours vrais, alors que les mots sont souvent corrompus.

En tant qu’Ange, j’ai aussi la capacité d’entendre les prières des humains. Certains Anges plus puissants que moi ont même la capacité d’entendre leurs pensées. Je suppose que ça me sera bien utile pour démêler le vrai du faux quand j’aurais des décisions à prendre. Les prières sont presque toutes adressées directement à Dieu, alors que c’est pourtant moi qui pourrais les exaucer. Mais peu importe, l’égo est à l’origine de nombreux tourments. Je ne dois pas retomber dans ce vice.

Les hommes ont tendance à croire que toutes les prières peuvent être exaucées. Que pour Dieu lui-même, ou encore pour nous, les Anges, ça ne nous coûte rien. C’est un claquement de doigts. Ceci est faux. Moi je peux réaliser un miracle par an. Encore une fois, ceci peut être amélioré au fil de notre existence, mais aucun Ange ne peut en réaliser plus de trois par an, même pour les plus puissants d’entre nous. Dieu lui-même le peut-il ? Je ne sais pas.

Ce qui est sûr, c’est qu’au fil des années, j’ai appris à mesurer mes saintes interventions. J’ai accepté le fait que je ne pourrais jamais sauver tout le monde. J’ai donc dû m’adapter et utiliser mon pouvoir pour sauver non pas des personnes innocentes ou méritantes, mais plutôt pour sauver ceux qui sont capables d’améliorer la vie de leur entourage. Je trouve ça à la fois plus juste et plus efficace.

L’être humain capable d’accomplir l’œuvre des Anges alors qu’il n’en a ni les pouvoirs ni l’immortalité, c’est de loin celui que je sauverais du péril ! C’est pour cette raison que l’observation occupe le plus clair de mon temps. Comprendre la nature humaine, non pas comme un humain mais bel et bien comme un Ange. Ou comme un Dieu ?

J’observe… Et ce que je vois n’est pas réjouissant. Il est rarissime de trouver des âmes qui méritent d’être sauvées. La plupart ne sont que des personnes qui s’accrochent à tout prix à leur confort. Ils se lèvent, ils travaillent sans conviction, ils entretiennent de mauvaises relations avec leurs proches et toutes leurs actions sont orientées vers leur gratification instantanée. Manger un bon repas, regarder un écran. Quelle quête vaine ! Pire encore, ils sont prêts à défendre leur point de vue pour avoir le dernier mot dans une conversation avec un inconnu qu’ils ne reverront jamais ! Dans ce cas-là, ils déploient toute leur énergie, alors que pour leurs proches, ils ne lèvent même pas le petit doigt… Quelle tristesse !

Un homme extraordinaire a un jour écrit cette citation : « Oh homme ! Oh homme vain ! Ta quête est si misérable que tu fais pleurer les Anges ! » J’ignore si cet homme avait une perception suffisamment développée pour saisir le monde tel qu’il est, mais il a vu juste.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Défi - quatorzième histoire - Ruthan le Chevalier Noir

Ces situations sont vraiment trop décourageantes, c’est pour ça que je m’efforce de m’intéresser aux actes des humains, plutôt qu’à leurs paroles dans leur quotidien.

Victimes

Depuis dix-sept ans, j’observe donc, en cherchant à sauver les personnes qui améliorent le monde. Et je constate que les personnes disposées à améliorer le monde sont souvent celles qui souffrent des pires tourments. À croire que certains êtres prennent plaisir à faire intentionnellement souffrir ceux qui apportent du bonheur ! Comme pour les ramener à leur niveau de médiocrité.

Dix-sept ans d’observation et de miracles qui n’ont finalement rien changé à la face du monde. Néanmoins, je vais peut-être réussir. Voilà cinq ans que je suis sur la piste d’un être. Un homme qui cause beaucoup de souffrance. C’est en trouvant toutes ces femmes au cœur brisé que j’ai été intrigué. C’est en voyant tous ces gens anéantis que j’ai voulu savoir de qui il s’agissait. Ce qui m’avait intrigué à l’époque est maintenant devenu ma quête. Trouver cet homme qui fait tant souffrir.

Car oui, même si je peux voler, trouver la personne que je cherche au milieu d’un monde si vaste, c’est loin d’être facile. Ça prend du temps. Mais tôt ou tard, je la trouverai. Mais ce jour-là, que vais-je faire ? Dois-je lui faire comprendre son erreur afin qu’il évolue ? Dois-je provoquer un accident pour le tuer ?

Le rôle d’un Ange est de transmettre un message vertueux pour améliorer la vie des humains, pas de tuer ! Pourtant, au plus profond de moi, je ressens que c’est ce qu’il y a de mieux à faire. Le monde serait meilleur sans cette créature perfide et impitoyable. Je vais continuer de le rechercher, et quand je le trouverai, je prendrai ma décision.

Je l’ai trouvé. J’ai suivi la trace de cet être qui me dérange tant. Cet humain pour lequel j’ai une véritable aversion ! J’ai utilisé mes quatre derniers miracles pour apaiser les âmes en peine qu’il a laissées derrière lui. Si je ne l’arrête pas il continuera de tout détruire ! Dix Anges réunis ne pourraient réparer tout le mal qu’il fait !

Je veux voir de qui il s’agit… Voir le visage de cette créature si abominable. Il habite ici, dans cette maison. Tout est verrouillé bien sûr, mais pour moi ça ne me ralentit pas.

Apocalypse

Mais il se passe quelque chose ! Je perçois ce qu’il se passe. Quelque chose de beaucoup plus vaste que la vie de ce misérable humain ! Le monde semble s’écrouler, pourtant rien ne bouge. C’est terrible ! Un véritable drame ! Je dois me calmer, que se passe-t-il ?

Ce ne sont pas mes sens qui me décrivent cette catastrophe, mais bien mon instinct. Oh ! Je comprends. Je ressens ce qu’il se passe. C’est l’Être suprême. Il est en train de disparaître. Dieu se meurt ! Tous les Anges sont sidérés par cette apocalypse.

Dieu se meurt, mais ça ne change finalement rien au monde des hommes. Eux ne ressentent ni frisson ni peine. Ils ne saisissent rien du drame qui est en train de se produire. Seuls les Anges le peuvent, et ce n’est pas par hasard. Car si Dieu meurt, quelqu’un d’autre doit assumer son rôle. Ainsi, tous les Anges sont candidats pour devenir le successeur. Le nouveau Dieu. Encore une fois, mon instinct me dit que je n’ai pas suivi cet homme par hasard. J’ai été intrigué par mon instinct, c’était plus qu’un appel. Je n’ai pas eu d’autre choix que de le chercher, et de le trouver aujourd’hui. Tout correspond. Ma rencontre avec cet être va être ma mise à l’épreuve. Si je réussis l’épreuve, je serai le nouveau Dieu.

Épreuve

Derrière les murs de cette maison, il y a cet homme. Son destin est lié au mien. Vais-je être de taille ? Tous les autres anges sont, en ce moment précis, confrontés à une terrible épreuve. Comme tous les autres, ma prochaine décision va être cruciale. Vais-je réussir l’épreuve ? Ou bien vais-je rester un Ange sous le règne d’un autre être suprême ?

Sous cette nuit étoilée, je m’avance. Je traverse la charpente et j’arrive dans une chambre parfaitement silencieuse. J’observe cet homme endormi, celui qui est à l’origine de tout ce mal ! Je suis face à un choix. Je peux utiliser mon intervention miraculeuse pour le tuer, ou bien pour qu’il évolue et qu’il réalise l’ampleur de ses actes. Non, c’est impossible. Aucun miracle ne peut changer cet homme. Même si j’utilise mon miracle pour lui faire prendre conscience de ses actions, il continuera de tourmenter les innocents. Je dois donc choisir entre le tuer ou attendre… Je m’approche pour voir son visage… Par l’Enfer ! Je connais ce visage ! Je connais cet homme ! Je sais qui il est et je sais pourquoi il cause tant de tourments ! Cet homme, c’est mon fils ! Mes souvenirs de ma vie de mortel me reviennent. Je me souviens de ma vie, mon épouse, notre mariage, notre joie de devenir parent… Et mon erreur. Mon erreur qui a provoqué mon accident tragique. Ce jour-là, aucun Ange ne m’a tiré d’affaire. J’étais seul responsable de ma mort. Ce n’était pas un suicide non, un simple accident.

Je suis mort en laissant derrière moi ma tendre épouse et mon fils bien-aimé âgé de dix ans. J’ignore ce qui est arrivé à mon épouse, mais voilà ce qu’est devenu mon fils. Un monstre ! Le chagrin l’a rendu mauvais. À présent, je comprends mieux pourquoi je suis confronté à cette épreuve. Je dois le tuer ou attendre. Je suis peut-être un Ange, mais je n’ai rien perdu de l’attachement de père que j’étais. Je ne pourrai jamais lui faire du mal, peu importe tout le mal qu’il cause. Non vraiment, c’est au-dessus de mes forces, j’y renonce… Je ne suis pas un Ange digne de ce nom… Je ne suis qu’un père.

Un bruit ! Une vitre se brise. Quelqu’un entre dans la maison. Je n’ai rien remarqué, mais cet intrus a réussi à désactiver le système d’alarme et à casser une fenêtre sans réveiller mon fils. Je descends d’un étage et je vois cette femme à qui j’ai soulagé l’âme en peine il y a deux ans. Elle a été l’une des conquêtes de mon fils, elle a été utilisée comme un outil avant d’être jetée. Son chagrin était tel que j’ai cru bien faire en l’apaisant. Je constate que j’ai eu tort, car maintenant, elle est armée d’un couteau. Elle veut sa vengeance ! Elle monte l’escalier et se dirige vers la chambre où dort mon fils.

Pas de panique… J’arrête le temps, et je réfléchis. Je suis à la croisée des chemins. J’ai la possibilité de devenir un Dieu ou de rester un Ange. Malheureusement, je dois faire un choix. Quelle décision fera de moi un Dieu ? Laquelle me laissera dans mon rôle d’Ange ? Je n’en ai aucune idée. Mais je suis influencé, je veux défendre mon fils, peu importe quels tourments il a causés. Je peux le réveiller c’est vrai, mais ça ne le sauvera peut-être pas. Je peux tenter d’arrêter cette femme, mais sa détermination est forte. Même si je la confronte à une porte fermée, elle réussira à entrer par un autre moyen pour tuer mon fils.

Le temps s’est arrêté et je réfléchis… En vérité, je crois réfléchir, mais c’est faux. Tout ce que je fais, c’est repousser ma décision. Une décision que je n’arrive pas à prendre. Cette femme est sur le point de devenir une tueuse. Mais elle tuera un être qui cause tellement de tourments que son action devient presque légitime. Après tout, avant d’entrer dans cette maison, je sentais que je devais moi-même tuer cet homme, avant d’apprendre qu’il s’agissait de mon fils. C’est donc bel et bien mon attachement sentimental de père qui m’empêche de rester rationnel. Je n’ai pas pu aller au bout de mon idée et de le tuer. Je le confesse, je suis parfaitement incapable de faire ça. Mais je réalise que je suis aussi incapable de laisser faire cette femme !

Elle veut la mort de mon fils pour tout ce qu’il a fait, mais tout ce qu’il a fait, c’est à cause de moi ! S’il avait eu un père, il ne serait pas devenu un monstre. Il ne mérite pas de mourir. Je peux rester éternellement dans cet état d’attente. Mais ça ne change rien, c’est une question de courage. Dois-je laisser faire les choses sans intervenir ? Dois-je défendre mon fils ? Pendant ce moment tragique, Dieu lui-même est mort, donc je ne peux même pas prier pour être aidé dans mon choix… Je vais devoir me confronter à cette décision tout seul !

Un nouveau monde

J’ai échoué. J’ai été pendant dix-sept ans un Ange digne de ce nom, à apporter du bonheur aux gens. Mais quand j’ai été mis à l’épreuve pour devenir un Dieu, j’ai échoué. Je n’ai pas réussi à rester dans mon rôle et j’ai tué une femme. J’ai tué une innocente. Pire, j’ai tué la femme que j’avais sauvée quelques années plus tôt. J’ai fait ça pour sauver mon fils. En tuant une innocente, j’ai sauvé un monstre. En prenant cette décision, j’ai permis à mille autres personnes d’être tourmentées.

Je ne suis pas un Dieu. Je ne suis même pas un Ange, plus maintenant… Désormais il y a un nouveau Dieu et un Ange en moins.

Je ne suis rien… Rien qu’une nouvelle âme sortie du néant… qui finira par trouver une nouvelle enveloppe charnelle.

*** Fin ***

Voilà chers lecteurs, j’espère que cette histoire vous aura plu. J’espère aussi avoir réussi à vous surprendre !

Si vous voulez m’aider à faire un pas de plus vers le métier d’écrivain, laissez un commentaire, un pouce vert, un partage (ou les trois). Vous connaissez la chanson : c’est bon pour mon référencement et ma visibilité. Ça ne vous prend que quelques secondes mais pour moi ça m’aide énormément.

Alors n’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de cette histoire. Vous pouvez aussi retourner sur la page du défi et proposer un nom pour l’histoire de la semaine prochaine. Pour ce faire, cliquez ici !

  •  
  •  
  •