Salut à vous les passionnés !

Je suis ravi de vous retrouver pour cet article complètement hors sujet ! Mais il me tient vraiment à cœur car il va aborder un thème qui me passionne depuis l’enfance : Les jeux vidéo. Vous le savez, c’est dans les jeux que j’ai découvert ma passion pour l’écriture.

Cet article va parler de jeux vidéos, de jeu de rôle et de choses précises dans les jeux. Ça va être pointu donc si je vous dis jet d’attaque, classe d’armure ou respawn vous êtes dépassés, je risque de vous perdre. Mais ça va plaire aux gamers ! Et ça, ça me fait plaisir !

Plus exactement, je vais parler d’un jeu, sur un serveur privé bien précis. Certainement l’endroit sur lequel j’ai passé mon plus grand nombre d’heures de ma vie. Un nombre incalculable de nuits blanches. De cris de joie en cris d’exaspération … Je vais vous parler du jeu numéro 1. Celui qui range tous les autres jeux de la planète au second plan.

NeverWinter Nights.

NeverWinter Nights c’est un jeu édité par Atari et développé par BioWare.
Si ça ne vous dit rien, Atari ils ont créé le premier jeu vidéo, le fameux « Pong » ainsi que les deux premiers Gauntlet.
BioWare c’est l’équipe qui a développé la série des Baldur’s Gate, Star Wars: Knights of the Old Republic, la trilogie Mass Effect et la série des Dragon Age.
Si vous ne les connaissez pas, sachez que ces équipes ont créé des jeux qui sont devenus des œuvres d’art dans le monde du jeu vidéo. Donc on à a faire à de la grosse pointure. Ils ont donc créé NeverWinter Nights en 2002.

NeverWinter Nights
NeverWinter Nights

C’est un jeu de rôle avec un scénario en solo dans l’univers des Royaumes Oubliés. Il possède une aventure jouable en solo, mais ce qui va nous intéresser ici, c’est le multijoueur.

Lorsqu’on joue en multijoueur, on est libre de créer un monde(appelé serveur), ou d’en rejoindre un.

Si vous en créez un, vous êtes Maître de Jeu. Dans ce cas-là, vous créez les villes, les forêts, les commerçants, les monstres, bref tout. Vous voyez les joueurs se connecter à votre serveur et se promener, affronter des monstres etc. Vous êtes libre de les récompenser ou de les torturer si vous êtes un sadique.

Si vous rejoignez un serveur, vous êtes joueur. Vous explorez alors le serveur créé par quelqu’un d’autre. Le Maître de Jeu a les pleins pouvoirs sur son serveur, et c’est la même chose : il peut décider de l’évolution de votre aventure. S’il veut vous envoyer des bandits qui vous attaquent, il est libre de le faire.

Quand NeverWinter Nights est sorti, il y a eu une flopée de serveurs à disposition. Et j’aimerai vous parler de l’un d’entre eux. Celui sur lequel j’ai trouvé tant de passion.

FastFrench dit « FF »

Ce serveur s’appelait FastFrench. Oui je parle au passé car ce serveur n’existe plus aujourd’hui, hormis dans la mémoire des joueurs. Il n’est donc plus possible d’y jouer. Pourquoi celui-ci ? Qu’a-t-il de si unique ?

Si ce serveur a été si mémorable, c’est parce qu’il a su proposer une expérience de jeu hors du commun, et de plein de manières différentes. Je m’explique :

Déjà, la première chose, la création de personnage.

Lorsque vous arrivez sur ce jeu, vous commencez par créer votre personnage. Vous êtes alors confronté à de nombreux choix. Déjà, il y a le sexe de votre personnage. Femme ou Homme. Pas besoin que je vous explique, je pense que ça vous parle.

Ensuite, il y a la race. Vous pouvez incarner l’une des 7 races jouables qui sont les suivantes :
Humain
Elfe
Nain
Demi-Elfe
Demi-Orque
Halfelin
Gnome.

Chaque race propose au joueur des avantages et des inconvénients. Un Demi-Orque par exemple a des bonus en force mais des malus en charisme et en intelligence. Ce qui fait qu’un Demi-Orque sera une race idéale pour jouer un combattant, mais il sera moche, débile et puant, pas super-séduisant. Pas très adapté pour incarner un magicien … J’en arrive donc aux classes.

Pour la classe de votre personnage, le choix est plus cornélien, car il n’y en a pas 7 mais 22 ! Voici la liste.

Les barbares
Les bardes
Les druides
Les ensorceleurs
Les guerriers
Les magiciens
Les moines
Les paladins
Les prêtres
Les rôdeurs
Les roublards
Les archers-mages
Les assassins
Les chevaliers noirs
Les éclaireurs ménestrels
Les maîtres des ombres
Les champions de Torm
Les disciples du dragon rouge
Les maîtres blêmes
Les maîtres d’arme
Les métamorphes
Les protecteurs nains

Toutes les races peuvent incarner toutes les classes. Donc d’entrée de jeu, rien qu’avec ces deux choix, il est possible de faire un personnage qui ne ressemble pas à celui du voisin. Surtout que vous pouvez jouer des personnages dit « Multiclassés » comme un Guerrier-Mage.

Vous êtes libre de faire tous les croisements qui vous chantent. Un Humain Magicien. Un Nain Guerrier ou encore une Elfe Barde.
Mais ce n’est pas tout, vous choisissez ensuite son visage, sa couleur de cheveux et de peau. Sa voix, vous lui offrez une description physique détaillée et un passé, une enfance qui explique pourquoi il est devenu ce qu’il est. Vous détaillez encore : Taille, corpulence, manière de parler, mimiques, coupe de cheveux, tatouages … Bref, tout ce qui vous plait.

Je passe sur la pléthore de choix pour optimiser le personnage : Caractéristiques, dons, compétences, l’alignement, choix des sorts et tout le tralala.

Supposons que nous avons créé un Humain, Guerrier, avec des cheveux blonds mi-longs que l’on appelle … Disons Gryb ! Gryb le Guerrier.

Guerrier
Gryb le Guerrier

Vu le nombre de choix que vous avez dû faire, il y a de grandes chances que personne n’ait la bonne idée de créer le même personnage que vous. Donc avant même de commencer l’aventure, vous avez déjà un personnage unique. Durant l’aventure, vous rencontrerez peut-être d’autres Guerriers Humains, mais ils ne seront pas Gryb le Guerrier ! Ça c’est sûr.

Vous vous retrouvez alors propulsé dans l’univers de Dungeon & Dragons sur le serveur d’un maître de jeu qui est libre de vous observer. Vous vous promenez ainsi sur les cartes qu’il a lui-même organisées à sa convenance. Les villes, les forêts, les rivières, les gardes de la ville, les gobelins et les marchands. Tout a été créé et organisé par ses petites mains !

Gryb le Guerrier fait donc ses premiers pas dans cet univers persistant. Persistant signifie que chaque action que vous faites est définitive. Si vous décidez d’aller dans la capitale pour prêter allégeance au Roi afin de l’aider à défendre ses terres, il acceptera.

Cependant, il n’y a pas de « Retour arrière ». On ne charge pas l’ancienne sauvegarde pour revenir sur ses choix, non. Ce qui est fait est fait. Donc si vous avez prêté allégeance au Roi et que finalement vous ayez envie de vous associer plus tard aux bandits, vous pourrez, mais le roi verra ça comme une trahison. Tout reste possible, mais tout est question de choix et de conséquences.

Mais passons sur cette idée de trahison. Gryb Le Guerrier est bienveillant, et il est loyal. Par conséquent, il est fidèle à son Roi ! Et le Roi lui a demandé de chasser les Gobelins qui rôdent dans la forêt. Gryb le Guerrier fait donc un passage à la forge comme le veut la tradition des jeux de rôle. Il s’achète une armure et un marteau et le voilà parti en mission pour combattre les Gobelins !

Gobelins
Gobelins

N’écoutant que son courage, il parvient à occire ses adversaires et ramène la preuve de sa réussite au Roi qui le récompense d’une coquette somme d’argent.

Nous abordons là le jeu opposant le joueur au monstre du serveur, souvent appelé l’environnement.

Player Versus Environnent dit « PVE »

Comme nous sommes dans Dungeon & Dragon, Gryb le Guerrier obtient des points d’expérience et monte de niveau. Il s’en va ensuite combattre les redoutables géants des collines et des minotaures pour obtenir des objets qu’il revend. Rapidement, Gryb le Guerrier devient une référence et lorsqu’il atteint le niveau maximum du serveur, Gryb Le Guerrier rêve de continuer sa progression.
Il s’en va donc occire des monstres plus forts comme les redoutables géants de feu … Les combats sont rudes, mais il y parvient, parce que Gryb Le Guerrier ce n’est pas une petite frappe.

Seulement voilà, à combattre les monstres générés par le serveur et son maître de jeu, il se confronte à un défi de plus en plus élevé. Et bientôt, même s’il est de niveau maximum et muni d’un équipement très optimisé, il ne peut pas rivaliser contre « Shandrel » la terrifiante sorcière au sommet de sa tour ou encore le brutal Loup-Garou « Golgol » au fond d’une grotte.

D’où l’utilité de jouer en multijoueur ! Gryb le Guerrier rencontre alors Vorna la Prêtresse face à la cathédrale du Faubourg.

Prêtresse
Vorna la Prêtresse

Aidé par les soins de sa nouvelle alliée, Gryb le Guerrier retente sa chance. Avec un peu d’organisation ils parviennent à les vaincre ! Le défi est élevé mais les trésors à la clé savent récompenser les joueurs !

La fine équipe réussie donc à s’équiper d’objets très puissants et ils sont tentés de s’attaquer à des adversaires encore plus redoutables. Mais là, le défi est trop élevé. Il faut une véritable armée pour réussir à vaincre les pires créatures du serveur. Le Seigneur du 9e Enfer, La Matriarche Drow, Gilbert Les Éclairs. Tous ces monstres ont pu être vaincus par les joueurs, mais au prix d’énormes risques et de nombreuses tentatives infructueuses.

Mais Gryb le Guerrier fait partie des meilleurs, donc il y parvient parfois, mais pas toujours ! Même accompagnés d’un véritable escadron de guerre, Gryb le Guerrier et Vorna la Prêtresse se confrontent à des monstres beaucoup trop fort pour eux.

C’est là où le serveur de FastFrench a pris une décision simple et très motivante : Créer des monstres de tout niveau, même des monstres trop forts.
Et quand je dis trop fort, ce n’est pas pour plaisanter. Ces bestioles increvables ont été attaquées à moult reprises, avec des stratégies différentes et des groupes organisés et bien équipés. Pourtant elles n’ont pas été vaincues.

Même après dix ans de jeu, toutes les tentatives sont restées infructueuses. Ces monstres délibérément surpuissants offraient aux joueurs audacieux un défi à relever. Et les plus férus de difficulté qui parvenaient à vaincre l’un d’entre eux étaient grandement récompensés. Autant par la satisfaction personnelle que par des objets d’une puissance incomparable.
Et oui, j’ai bien dit l’un d’entre eux, car il y en avait une flopée de monstres surpuissants qui constituaient un défi varié.

Très bien, il y a des monstres tellement difficiles qu’ils n’ont pas été vaincus. Est-ce que ça fait de NeverWinter Nights un jeu hors du commun ? Ce n’est pas assez. Mais ça offre tout de même un intérêt au long terme qui place ce jeu devant le tant loué World of Warcraft. Vous le savez sans doutes, dans World of Warcraft, TOUS les monstres sont conçus pour mourir dans les jours, voire même les heures après leurs apparitions. Après quoi, les joueurs n’ont plus aucun challenge.

Mais passons. Combattre les monstres du serveur, c’est sympa. Mais ce n’est pas tout ce que ce jeu a à proposer.
NeverWinter Nights et son serveur Fastfrench offraient aussi la possibilité à Gryb le Guerrier de se confronter à d’autres joueurs. Par exemple, un joueur arrive sur le serveur et désire incarner Vvaren le Chevalier Noir. Si Vvaren le Chevalier Noir cherche à mettre la capitale à feu et à sang pour couper la tête du Roi, il peut essayer ! Et se faisant, il est bien possible que Gryb le Guerrier s’oppose à ses plans !

Nous arrivons donc au jeu opposant les joueurs entre eux …

Le fameux Player Versus Player dit « PVP »

Que ce soit par duel organisé très solennel ou des embuscades brutales à six contre un, les combats opposant les joueurs offrent une expérience de jeu unique. Contrairement aux monstres gérés par l’ordinateur qui se contente d’attaquer ou de fuir en cas de blessures, les joueurs eux s’adaptent ! Combat à distance. Usage des murailles ou des décors. Hit & Run, pièges, potions de soins pour tenir le choc … Les possibilités sont nombreuses et les combats entre joueurs sont d’une intensité extrême.

Chevalier Noir
Vvaren le Chevalier Noir

Admettons que Vvaren le Chevalier Noir n’était pas assez entraîné et qu’il s’est fait tuer par Gryb le Guerrier. Le joueur ayant perdu le combat doit accepter que sa tentative d’assassinat du bon vieux Roi ait échoué. Son personnage disparait des lieux pour revenir à la vie quelques minutes plus tard en ayant une crainte particulière à l’idée de retourner se frotter à Gryb le Guerrier pour quelque temps. Ça permet d’éviter les retours au combat incohérent.

Du coup, avec ça, Gryb le Guerrier qui s’est fait blesser constate qu’il pourrait être mieux équipé. Heureusement, son allié Vorna la prêtresse est là pour le soigner. Suite à se combat pour le moins difficile, ils sont remotivés à l’idée de mieux s’équiper encore … Ce qui va renforcer l’envie de relever les défis « PvE » afin de mieux défendre leur ville. Mais ce n’est pas tout, ils peuvent aussi aller rencontrer les joueurs d’autres villes pour passer des alliances … Nous arrivons donc aux enjeux « politiques »

Les factions et les villes.

En tant que Gentils, Gryb le Guerrier et Vorna la Prêtresse habitent dans la capitale, que l’on va appeler … Lyon ! Oui oui, Lyon la Capitale, ça me plait. Le bon vieux Roi règne sur Lyon avec bienveillance et lutte pour défendre sa ville et ses terres. Pour se faire il nomme Gryb le Guerrier Capitaine de la Garde de Lyon.

Vvaren le Chevalier Noir lui, habite dans une autre ville. Disons Marseille, par exemple. À force de ce genre de tentatives d’assassinat, les habitants de Marseille, lorsqu’ils croisent des Lyonnais dans les campagnes, dans les forêts ou même dans l’antre des géants de feu, ils sont libres de s’entretuer pour la gloire de sa cité !

Au fil des escarmouches victorieuses et des confrontations directes, les villes peuvent ainsi changer de main. Si Gryb le Guerrier est le plus vaillant des gardes de Lyon, Vvaren le Chevalier Noir est quant à lui le digne représentant de Marseille. Entourés de leurs alliés respectifs, ils vont avoir tout intérêt à ne pas se faire capturer ou même tuer, autrement la cité s’en retrouverait affaiblie.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Mélanger le jeu et l'écriture avec les forums RP

D’où l’importance d’entretenir des relations amicales avec les autres factions, voire même de passer des alliances. Mais méfiance, les factions dites « méchantes » peuvent elles aussi passer des alliances. Tout n’est pas question de morale, il peut parfois être question de commerce !

Car oui, supposons qu’un nouveau joueur rejoigne le serveur et crée Torken le Barbare Nain qui exerce le métier de Forgeron. Dans sa bonne vieille cité naine que l’on va appeler Karak Varn. S’il est capable de créer les armes et les armures les plus redoutables de toute la contrée, il aura besoin de clients.

Et si le Bon Vieux Roi de Lyon n’est pas prêt à accepter ses tarifs, alors peut-être que le Baron de Marseille, conseillé par Vvaren le Chevalier Noir sera intéressé, voire même envisagera-t-il une exclusivité ! Exclusivité que Torken le Forgeron Nain sera libre d’honorer ou non …

Ainsi, si les nains de nature bienveillante s’allient à Marseille et que Lyon se retrouve seul contre tous, rien ne garantit que les gentils finissent heureux et victorieux ! L’histoire étant écrite par les joueurs, le scénario sera forcément imprévisible.

L’artisanat dit « Crafting »

Nain Forgeron
Torken le Forgeron

De son côté, Torken le Barbare Nain Forgeron, d’ici que ses futurs clients prennent une décision, il doit travailler à la forge ! Il va dans les mines armé d’une pique afin de récupérer 100 minerais de cuivre qui vont lui être nécessaire. Il va donc passer une partie de sa journée à frapper sur des gisement pour récupérer ça.

Plusieurs heures plus tard, une fois les minerais en sa possession, il s’en va les faire fondre en lingots. Transformer les minerais en lingots est risqué. Il a un pourcentage de réussite plus ou moins élevé selon la rareté du minerai, et selon son niveau d’artisan. Disons qu’aujourd’hui, il a une probabilité de réussite de … 65{56ad047f503fb3c64377e2bf5ef59803378bfa5b65451ceeccca24c3cd88a6ad}.

Torken le Barbare Nain Forgeron est confronté à un choix … Est-ce qu’il va tenter de transformer tous son minerai d’un seul coup ? Sachant que s’il rate, il perd tout ! Est-il prêt à perdre tout le temps qu’il a passé à récolter ses minerais ? Préfèrera-t-il le faire en deux ou fois pour minimiser les pertes possibles ? Le choix lui appartient.

Supposons qu’aujourd’hui, il a tout fait d’un seul coup, et qu’il a réussi. Chose qui n’arrivera pas à chaque fois. Il se retrouve donc avec 100 lingots de cuivre. Avec ces lingots, il peut les transformer en armure de cuivre, en épée de cuivre, en casque de cuivre …

Une dague de cuivre lui demande quatre lingots de cuivre, ainsi qu’un moule à dague. Le moule se trouve facilement le marchand en vend pour un prix dérisoire. S’il veut créer une dague de cuivre, il doit s’équiper d’un marteau de forgeron, trouver une enclume dans les forges de Karak Varn sa cité Naine. Il ne lui reste qu’à forger la dague. Ce qui a une probabilité de réussite de … 35{56ad047f503fb3c64377e2bf5ef59803378bfa5b65451ceeccca24c3cd88a6ad} !

Torken le Barbare Nain Forgeron étant confiant, il se lance ! Et il échoue. Quatre lingots de cuivre et un moule de perdu. Il réessaye et échoue encore. Nous voilà à huit lingots et deux moules perdus.

À sa troisième tentative, il réussit enfin et obtient enfin une dague de cuivre ! Ce qui lui a couté 12 lingots de cuivre et trois moules. Pour une dague d’une qualité plus que médiocre. Le genre d’objet qui s’achète pour quelques pièces d’or à peine chez le marchand du coin. Il constate que sa quantité de lingots va vite s’épuiser à cette cadence.

Surtout qu’il a intérêt à progresser s’il veut vendre les armes qu’il a promises au Baron de Marseille ! Car le Baron de Marseille n’aime pas qu’on lui mente !
Torken le Barbare Nain Forgeron s’évertue donc avec plus d’acharnement et se passionne du simple fait de récupérer des minerais afin de les transformer en lingots, pour transformer les lingots en armes.

Sans se confronter à des monstres, sans combattre, simplement en étant artisan, Torken le Barbare Nain Forgeron et le joueur qui l’incarne sont tous les deux vibrant d’adrénaline tellement l’enjeu est important ! Et croyez-moi, j’ai moi-même incarné le fameux Torken. Je peux vous dire que j’en ai fait des crises de nerfs au lors de la perte de grandes quantités de minerai !

Un temps énorme de perdu ! Une frustration et une difficulté dans l’artisanat qui rebute la plupart des joueurs. Car quand les armes et les armures de cuivres se terminent, on passe aux minerais plus rares, plus difficiles à travailler, pour obtenir des armes de meilleure qualité.

La plupart des joueurs abandonnent l’artisanat en raison de sa difficulté et à juste titre ! Mais la gloire appartient à ceux qui s’accrochent.
Pour créer les meilleures armes, il faut les meilleurs minerais. Ces minerais sont cachés dans les zones reculées du serveur, des endroits difficiles d’accès où il est préférable d’y aller en groupe si on veut revenir en vie ! Laissez-moi vous dire que c’est pas de la tarte.

Mais quand un personnage est capable de concevoir des armes que même les plus gros monstres n’offrent pas en récompense, il est bon de s’en faire un allié ! Alors que sur World of Warcraft, vous faites une demande dans une capitale, vous en avez trente artisans qui sont à votre disposition, sur FastFrench, tout le monde connaît les meilleurs artisans et ils sont rarissimes.

Je vous ai parlé de la Forge car c’est l’artisanat le plus simple à comprendre. Mais il en existe de nombreux autre !

Comme l’Enchantement, qui permet de donner des caractéristiques magiques aux objets forgés par un forgeron.
La bijouterie, qui permet de faire des amulettes, des anneaux et baguettes qui sont aussi prédisposés à être enchantés.
La cuisine, incontournable de l’artisanat. Qui permet de soigner, permettre de se reposer ou donner des bonus importants pour celui qui le consomme.
La menuiserie, pour créer des arcs, des flèches, des manches … Oui des manches, utile pour les forgerons pour créer des hallebardes ou des lances par exemple !
Le tanneur ! Récupérer les peaux de bêtes pour en faire des armures en cuir ou des sacoches magiques.
La couture pour créer tous les objets de tissus comme les robes de mages.
La calligraphie pour faire des parchemins …
C’est inutile de vous expliquer par quelle séance de torture passent chaque artisans, mais quelque chose revient toujours. Le risque de tout perdre pendant les deux étapes voire les trois étapes.

La récolte se fait. Transformer l’objet brut en objet raffiné c’est un risque de tout perdre.
Transformer l’objet raffiné en objet final est un risque de tout perdre.
Transformer l’objet final en objet final enchanté est aussi un risque de tout perdre.

Je survole certaines étapes intermédiaires mais vous avez compris l’idée : L’artisanat c’est non seulement très difficile, mais c’est en plus une relation d’interdépendance avec les autres artisans. Car oui, si vous faites forgeron, vous ne faites pas enchanteur en même temps. Ça serait trop facile.

C’est pour cette raison que se créent bien souvent des factions pleines de cohésion, que l’on appelle les Guildes des Artisans. Oui une cohésion est importante pour les joueurs prêts à se confronter à une telle difficulté.

Reprenons Gryb le Guerrier qui se pavane à Lyon. Il n’a pas eu la patience de faire de l’artisanat. Il est persuadé qu’il obtiendra tout ce dont il a besoin en en tuant des monstres.

Souvent il a raison, surtout au début … Mais au final, au bout de temps, ce bon vieux Gryb le Guerrier finit par apprendre qu’une arme cinq fois meilleur que la sienne est à vendre … À 50 000 pièces d’or ! Un prix qui va lui demander de s’endetter ! Heureusement, il peut compter sur la générosité de son amie Vorna la Prêtresse. Ils réunissent leurs économies et il n’y a pas assez ! Ils doivent alors aller se confronter à d’autres monstres pour récupérer des sous pour réunir la somme.

Heureusement Gryb le Guerrier n’est pas avare de coups de marteau. La somme enfin réunie, il s’en va trouver Torken le Forgeron Nain Barbare à Karak Varn la cité naine pour acheter enfin le splendide marteau d’une puissance redoutable !
Marché conclu ! Torken est content ! Gryb est content ! Tout le monde est content … Pour une courte durée !

Car si Gryb le Guerrier est ravi d’aller castagner les dragons comme jamais, quelle est sa surprise lorsqu’il rencontre dans les montagnes … Vvaren le Chevalier Noir ! Celui-ci est armé d’une épée bâtarde forgée également par le Maître Forgeron Torken ! Mais en plus elle est enchantée par une enchanteresse de la guilde des artisans !

Gryb le Guerrier n’en revient pas ! Comment son pire ennemi a-t-il pu s’offrir pareil équipement ? Voilà ce qui arrive à ceux qui ne passent pas d’accord commerciaux avec les artisans ! Le Baron de Marseille a su saisir l’opportunité lorsque le Roi de Lyon a trop tenté de négocier les prix avec la cité Naine !

Fou de rage, Gryb le Guerrier s’attaque à son rival. Soigné par Vorna la Prêtresse, ils sont sûrs de vaincre.

Mais c’est sans compter sur l’astuce de Vvaren le Chevalier Noir ! Des mercenaires au service du Chevalier noir entrent en piste et s’attaquent à Gryb le Guerrier et Vorna la Prêtresse qui ne font pas le poids.
Gryb s’écroule suite aux attaques qui viennent de tous les côtés. Vorna la Prêtresse est capturée puis emmenée dans les geôles de Marseille … Bientôt le Roi de Lyon recevra une demande de rançon pour récupérer sa Prêtresse. Une situation périlleuse ! Comment va-t-il se tirer d’affaire ?

Peut-être un nouveau joueur entrera en scène et changera le cours des choses ?

Le Jeu de rôle dit « Roleplay »

Une part importante de l’immersion dans ce jeu, c’est le Role Play. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est le Role Play, c’est le fait d’incarner son personnage en respectant la cohérence de sa personnalité. Le joueur ne s’exprime pas directement, il fait parler son personnage.

Ainsi lorsque Gryb le Guerrier rencontre Vvaren le Chevalier Noir, l’échange ne se fera pas de joueur à joueur de la manière suivante :

  • Olol, tu l’as eu où ton arme enchantée ? J’suis dégouté !
  • Aha j’ai un prix réduit grâce à l’alliance avec les nains

Mais plutôt de personnage à personnage, ainsi :

  • Vvaren rend-toi ! Je ne sais pas où tu as trouvé ton arme magique mais elle ne te sauvera pas !
  • Tu es un idiot Gryb le Guerrier ! Tu t’es fait arnaquer par le nain ! Moi j’ai eu cette arme pour seulement 10 000 pièces d’or ! J’ai utilisé le reste de mon or pour embaucher des mercenaires ! Approchez mes amis ! Taillez-moi en pièce ce pleutre et capturez la prêtresse !

Et voilà ! Nous entrons donc dans le Role Playing, comprenez le Jeu de Rôle à proprement parlé.

Pourquoi est-ce que je vous parle de tout ça ? C’est un blog sur l’écriture et pas sur les jeux vidéo !
Certes, la réponse arrive bientôt, vous allez comprendre. Comme je l’ai dit, ce jeu se déroule dans un monde persistant.

Quand vous déconnectez votre personnage, l’histoire continue. Les joueurs continuent d’interagir et de progresser sans vous. L’intrigue ne vous attend pas.

Mais pour permettre aux absents d’être au courant de l’avancée du scénario, il y avait à l’époque un forum, sur lequel étaient postés les scènes importantes. Tous les détails étaient donnés, comme ce combat et la capture de Vorna la Prêtresse.

Ces descriptions d’évènement se faisaient via des messages RP. Il fallait donc narrer les évènements pour permettre à ceux qui ne pouvaient pas jouer de tout de même connaître la suite de l’histoire.

Ces messages RP furent mes premiers écrits. J’ignorais à l’époque que j’envisagerai un jour une carrière d’écrivain. Si seulement j’avais su, j’aurais sauvegardé ces premiers textes.

Hélas, le serveur a fermé il y a des années et le forum contenant ces textes a aussi disparu. J’ai bien peur que ces lignes soient définitivement perdues dans les limbes d’Internet… Mais il ne faut pas regretter, ce jeu, m’a permis de découvrir ma passion pour l’écriture.

Pour conclure avec NeverWinter Nights et le serveur de FastFrench, j’aimerais dire que s’il a si bien marché, c’est parce qu’il a su créer de l’intérêt pour les joueurs.
Il ne s’agissait pas seulement de tuer des monstres pour gagner des objets. Il s’agissait véritablement de participer à une grande aventure. Les systèmes de jeu que j’ai expliqués étaient sévères, punitifs, mais ils savaient aussi nous récompenser.

Depuis que FastFrench a fermé ses portes, je n’ai jamais retrouvé un jeu qui suscite autant d’intérêt pour moi. World of Warcraft qui est pourtant la référence pour beaucoup de gens se trouve loin derrière à mon sens. Son système de PvE, de PvP et d’artisanat n’apporte ni frustration ni gratification, il est juste chronophage.

Bien sûr on pourra me parler du retour de WoW Classics. Mais ne soyez pas dupes, le RolePlay ne sera jamais au rendez-vous sur un jeu pareil. Vous rencontrerez peut-être un Tauren qui vous aborde en disant « Bonjour l’étranger! » mais pourrez-vous avoir des intrigues ? Des prises d’otages ? Des prises de villes ? Des relations amicales voir amoureuses entre les personnages ? Une rivalité ? Hélas non.

Quand je dis prise de ville, ça veut dire prise de contrôle, pas seulement débarquer pour tuer tout le monde et repartir avant que les joueurs ne respawn.

Donc … Ne me proposez pas World of Warcraft.
Par contre, si vous connaissez un autre jeu dans lequel l’immersion RolePlay est possible. Dans lequel chaque joueur incarne vraiment son personnage, communique à travers lui et pénètre sa psychologie d’une manière sérieuse, alors ça m’intéresse !
D’ici que je trouve la perle rare … J’attends Baldur’s Gate 3, en espérant qu’il nous offre cette possibilité !

Pour moi, les jeux vidéos sont synonyme d’inspiration. Est-ce que pareil pour vous ?
Avez-vous connu NeverWinter Nights ?
Peut-être avez-vous joué à mes côtés sur FastFrench ?
Exprimez-vous, votre avis m’intéresse.

  •  
  •  
  •