Dans les scénarios, il peut nous arriver de ramener nos personnages à la vie. Après une mort prévisible ou tragique, revoir apparaître notre personnage fétiche peut être une bonne surprise … mais ça peut vite tourner au fiasco ! Voyons ça en détail.

Salut les passionnés, cette semaine on aborde le sujet sensible du retour à la vie. Ressusciter ses personnages est une possibilité risquée. J’effleure le sujet sur l’article qui traite du fait de tuer ses personnages. (Cliquez ici pour lire l’article qui parle de faire mourir ses personnages)

Spoiler alert !

Mais pour pouvoir parler du sujet en détail, je vais devoir spoiler certaines histoires. Je dévoile les surprises qui vous attendent dans la Légende de Drizzt ainsi que dans Game of Throne saison 6, vous voilà prévenus !

J’ai copieusement indiqué que ramener un personnage à la vie était une mauvaise chose. Je vais tout de même nuancer mon discours, car ça peut être réussi dans certains cas. Voyons déjà de quelle manière un personnage peut revenir d’entre les morts.

Les 4 types de rappel à la vie des personnages :

  1. Le mode « zombie » sans aucune conscience.
  2. Le mode « zombie » avec une petite conscience
  3. Le mode « normal » avec une perte de moyens
  4. Le mode « normal » sans perte de moyens.

Voyons ça en détail.

Cas N°1 : Le personnage ramené n’a aucune conscience.

Dans les univers post-apocalyptiques, zombies ou même fantastiques par de la nécromancie, les morts peuvent se relever. Ils deviennent des soldats squelettes ou des zombies et ils n’ont strictement aucune conscience. Ils agissent comme tous leurs semblables, peu importe de la vie qu’ils ont mené.
The Walking Dead, Resident Evil, je vous passe les innombrables films de zombies qui utilisent cette approche.

Ici un personnage important peut être tué puis ramené à la vie pour en être un zombie. L’émotion peut tout à fait être réussie avec cette situation. En effet, pour un personnage, quoi de plus difficile de tirer sur un proche qui est devenu zombie ?

L’astuce est utilisée à de nombreuses reprises et c’est toujours un moyen intéressant de pousser le lecteur (ou le spectateur) à se demander ce qu’il ferait dans cette situation.

Cas N°2 : Le personnage ramené possède une petite conscience.

Une autre approche, un peu plus subtile, consiste à laisser une once de conscience et pourquoi pas, d’humanité au personnage ressuscité.
Bien sûr ça doit rester une once ! C’est-à-dire vraiment très peu. Sinon on change de catégorie.

R.A. Salvatoré nous offre merveilleusement cette situation dans son œuvre « La Légende de Drizzt »
Zaknafein Do’Urden étant le père et le mentor de Drizzt, celui-ci se fait sacrifier sur l’Autel de la déesse démoniaque, Lolth.

(Cliquez ici pour lire l’article sur le mentor)


Comme tout mentor, sa perte est terrible et lorsque celui-ci se fait ramener à la vie pour pourchasser Drizzt, les deux combattants utilisent les techniques de parades et d’esquive qu’ils utilisaient à l’entraînement, sauf que c’est pour un combat à mort. En effet, Zaknafein n’est alors que le soldat servile de sa nécromancienne.


Néanmoins, il lui reste une once de conscience qui se réveille à un moment décisif, et lorsqu’il réalise qu’il est utilisé pour tuer Drizzt (qu’il aime profondément), il décide de se suicider en plongeant dans un bassin d’acide afin d’échapper à l’emprise démoniaque de sa nécromancienne.
Je trouve que ces situations où les zombies gardent une once de conscience donnent une belle surprise. J’ai rarement vu ce genre de retournement de situation, c’est donc avec plaisir que j’évoque ce passage.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les adjuvants !

Cas N°3 : Le mode normal avec une grosse perte de moyens

Un personnage que l’on croyait mort peut finalement survivre au prix d’une grosse perte de moyens. Il perd par exemple sa capacité à marcher, à parler voire il est défiguré.

C’est plus crédible que la survie pure et simple sans aucune conséquence et ça peut permettre de faire en sorte que ce personnage continue de poursuivre ses objectifs malgré tout. Voire mieux, il continue sa quête, aidé par des complices alors qu’il continue de se faire passer pour mort.

Cas N°4 : Mode normal sans aucune blessure.

Probablement la pire chose à faire, la survie pure et simple. Tout le monde le croyait mort, mais en fait non ! Il a survécu, car il s’est enfui par une trappe mystérieuse … Deus Ex Machina.

À mon sens, c’est une terrible erreur. Faire passer un personnage pour mort, faire vivre le deuil à vos personnages et à votre lecteur pour ensuite le ramener à la vie c’est un choix catastrophique.
Et pourtant, même si ça tourne souvent au fiasco scénaristique, certains ont réussi à utiliser cette situation avec brio !
Vous connaissez mon amour pour Game of Throne, hé bien dans la saison 6, après que Jon Snow se soit fait assassiner, celui-ci se fait ramener à la vie. Il récupère toutes ses capacités et continue sa vie. Il est même libéré de son engagement dans la garde de nuit qui ne se termine « que le jour de sa mort » ce qui, techniquement, est passé.

Pourquoi ça marche dans Game of Throne et pas ailleurs ?

Pour deux raisons, la première est que dans l’œuvre de GRR Martins, les personnages importants qui meurent sont très nombreux, et aucun d’entre eux ne revient à la vie. Exception faite de Jon Snow durant la saison 6, soit après plus de 50 épisodes de 1h ! Du coup, le spectateur a bien saisi qu’il s’agissait d’un univers impitoyable. Il s’est habitué à voir ses personnages préférés se faire sauvagement assassiner sans qu’aucun retour à la vie n’ait lieu. Par conséquent, avoir une exception pour Jon Snow est surprenant, car il est bien le seul personnage important qui revient à la vie.
La deuxième raison qui fait que c’est réussi, et je vais conclure l’article là-dessus, c’est parce qu’un plan a été fait.

Le plan

Je vais répéter quelque chose que j’ai déjà dit au moins 50 milliard de fois, sans préparer toute l’histoire avec un plan, il est difficile de réussir son scénario. Encore moins si vous envisagez de rappeler à la vie certains personnages comme l’a fait ici GRR Martins.

Voilà chers passionnés, j’ai listé les 4 situations dans lesquels des personnages sont ramenés à la vie. Qu’en pensez-vous ? Est-ce qu’il vous arrive aussi de ressusciter vos personnages ? Utilisez-vous ces catégories ?

Laissez un commentaire ci-dessous, votre avis m’intéresse.

  •  
  •  
  •